Le cerveau: 4 points essentiels à comprendre

La liberté en 5 points essentiels
Le cerveau est passionnant. C'est une machine incroyable ! Complexe, fascinant et surtout, tellement puissant...
Tout d'abord, avons-nous, aujourd'hui, suffisamment de connaissances sur cet organe indispensable, vital ? Les neurosciences nous révèlent la structure du cerveau et son fonctionnement, de la plus infime de ses molécules, jusqu'au rôle qu'il joue sur nos organes. En effet, cette discipline scientifique étudie notre système nerveux et ses avancées depuis 20 ans sont fulgurantes. Effectivement, les progrès en imagerie cérébrale et la neurobiologie ont grandement aidé ce processus. D'ailleurs, certaines personnalités incontournables du développement personnel  nous en confient les enseignements. Le cerveau est notre ami, et nous allons comprendre pourquoi.

Je m’appuie sur les enseignements de plusieurs formateurs en neurosciences ainsi que sur mes outils personnels pour rédiger cet article.


1- La renaissance

Le cerveau a la capacité magique de se réactualiser après des périodes difficiles

Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle renaissance.” Violette Lebon


Avant toute chose, le deuil d’une situation, d’une personne, d’une partie de nous-même est essentiel à notre évolution. En effet, nous avançons, nous cheminons et nous éveillons notre conscience en nous libérant de certaines étapes du passé. En ce sens, ces étapes de transition sont intenses, parfois violentes mais sont constructives si nous arrivons réellement à les accueillir. D’ailleurs, lorsque nous fuyons cet inconfort, selon Annick, nous fuyons aussi notre renaissance.

En outre, lorsque nous comprenons que faire un deuil, n’est pas renoncer mais accepter, C’est, mais autrement. Nous faisons alors de notre cerveau, un puissant allié.

 

Ensuite, quand l’on ne veut pas écouter les signes de la vie, ils peuvent nous être envoyés autant que nécessaire, jusqu’à temps que nous ouvrions les yeux. Par exemple, ils peuvent être cachés au travers de personnes que nous rencontrons, situations qui se répètent, souffrances qui nous pèsent. En effet, tant que nous refusons ou sommes dans l’incapacité de voir concrètement ce qui se joue, nous courrons le risque que la leçon vienne à nous de manière beaucoup plus vive que si nous nous résilions.

De plus, la résilience est un processus si facile d’apparence, et pourtant si compliqué, parfois, à pratiquer. En effet, c’est cette capacité à accueillir les évènements et accepter la part incontrôlable à laquelle ils sont associés. Par ailleurs, c’est une notion que nous devrions tous connaître et maîtriser par coeur, et pourtant, ce n’est pas si simple. Donc, cela prend le temps que ça doit prendre. Il est inutile de se comparer.

Pour finir, la renaissance apparaît lorsque l’on est indépendant du regard de l’autre. D’ailleurs,les bases solides qui nous permettent cela sont l’estime de soi, la confiance en soi et image de soi. En effet, je trouve ce concept tellement juste! Ainsi, c’est un réel challenge que de se centrer à l’intérieur de soi, de se découvrir et d’être réellement à l’écoute de soi.


2-L’indépendance affective

Notre indépendance affective nous permet de nous sentir libre
Crédit photo: Cam Adams

“J’étais dans la pression de performance dans le regard de l’autre constamment, dans la peur de déplaire aussi parce que je portais la blessure d’abandon et de rejet” Annick Lapratte


Premièrement, qui de nous ne connaît pas ce cercle vicieux ? En effet, demander inconsciemment la validation de l’autre pour nous sentir remplis est quelque-chose de tellement commun. Et souvent (tout le temps ?), tellement inconscient! D’ailleurs, je pense que le plus difficile est réellement de reprendre notre pouvoir sur ces processus inconscients qui nous font agir en mode “pilote automatique” plutôt que de créer ce qui nous anime réellement. C’est en ce sens qu’aller enquêter sur ce que nous pouvons regrogrammer dans notre cerveau est essentiel.

En effet, je dis souvent que se comprendre est la clé pour impulser des changements dans notre vie. Pourquoi? Tout d’abord parce que tant que nous aurons besoin de l’approbation de l’autre, que ce soit un parent, un ami, un conjoint, nous serons dépendants. En effet, nous avons tous besoin d’être en interaction, d’échanger et d’entretenir des liens de qualité avec notre entourage. Cependant, la grande différence, je pense, est de pouvoir consciemment choisir d’être libres dans tous ce que l’on entreprend.

En ce sens, posons-nous les questions qui nous permettent de reprendre notre pouvoir:

Quand j’agis comme cela avec telle personne, est-ce que je suis dans l’attente?

Pourquoi est-ce que je culpabilise dans cette situation?

Est-ce que je fais les choses pour moi?

Pourquoi ai-je esoin de la validation extérieure?

Quelles sont les blessures dans lesquelles je me reconnais? Rejet, abandon, humiliation, trahison, injustice.

 

Il faut dire que Ces blessures nous concernent tous. En effet, certaines sont prédominantes, d’autres ne nous parlent pas. Cependant, ce qui est certain est que nous naissons accompagnés du bagage de notre famille. Il suffit de prendre pour exemple notre naissance. Sur notre dos, nous portons les traumatismes de notre lignée familiale. En effet, si cette lignée n’a pas été nettoyée, consciemment, par un travail de fond, elle ne peut être libérée. Par exemple, La sophro-analyse, qui est une thérapie psycho corporelle que j’ai personnellement suivi sur un an et demi, m’a aidé à comprendre consciemment ce que je portais sur mon dos. De toute évidence, à chacun notre technique, nos préférences et nos prédispositions pour nous sentir mieux! A nous d’aller enquêter pour nous délivrer et enfin laisser place à notre essence.

Je dois dire que je n’ai toujours pas lu “les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même” de Lise Bourreau. Pourtant, c’est incontournable dès lors que nous évoquons les blessures est. Le connaissez-vous ? J’ai pu comprendre, apprendre et expérimenter les différentes blessures qui me concernent lors de thérapies. C’est une autre manière de les découvrir !

En effet, si vous constatez que vous vous reconnaissez dans une forme de dépendance, c’est très bien. Nous sommes tous concernés ! Ainsi, y travailler grandement et sans relâche nous permettra de nous libérer chaque jour un peu plus. Donc, soyons soudés et doux envers nous même (quel challenge !!!!).


 

3- La neuroplasticité

La neuroplasticité nous permet à tous de nous réinventer à l’illimité
Crédit photo: Alina Grubnyak

D’abord, j’ai découvert les neurosciences il y’a maintenant 3 ans alors que je rédigeais mon mémoire sur l’intelligence émotionnel comme outil de management. En effet, j’ai eu l’opportunité d’interviewer Erwan Deveze. Il est Dirigeant Fondateur de Neuroperformance Consulting, cabinet conseil en neuro-management. Il est également conférencier et auteur de “Neuro-boostez vos équipes !”, “24 heures dans votre cerveau !” et récemment “Le pouvoir rend-il fou ?” Il est aussi formateur en neuro-management.

Cet échange réellement passionnant m’a permis de comprendre la première clé, fondamentale à notre évolution. En effet, nous pouvons TOUS reprendre notre pouvoir sur notre cerveau. Pourquoi ? Parce que nous avons la capacité de reconfigurer nos circuits cérébraux en permanence (inné et acquis). Par ailleurs, les prédispositions génétiques existent, certes, mais notre volonté de changer nos fonctionnements est possible. Nous pouvons dompter notre cerveau.

En ce sens, les neurosciences c’est du “pratique”, de l’action, de l’entraînement. Donc, prendre conscience que nous AVONS TOUS cette capacité est un point fondamental de notre transformation.

Ensuite, Anick Lapratte est créatrice des réseaux “mieux-être” pour toute la francophonie. Cela fait 17 ans qu’elle oeuvre pour cette cause. Elle se situe au Québec et organise des rencontres une fois par mois avec au programme conférence, méditation & gym douce. Ses méthodes sont crées avec les enseignements des neurosciences. Elle nous explique:

Tout d’abord,les chemins neuronaux reliés aux comportements émotionnels nous composent depuis le ventre de notre mère jusqu’à aujourd’hui. En effet, le cerveau se développe dans l’utérus de notre mère. C’est pourquoi, nous sommes en réaction plutôt qu’en observation dans certaines situations, si le chemin neuronal qui s’est crée est “négatif”. Cependant, cela dépend de notre éducation, notre famille, notre entourage. Cela est extrêmement rapide, et ne passe pas par la raison. Donc, c’est un automatisme.

En ce sens, changer l’association neuronale prend du temps mais est possible. C’est un entraînement de longue haleine.

Par exemple, voici un chemin neuronal: critique = vexation= émotion négative= conflit.

Par exemple, voici un nouveau chemin neuronal: critique= cadeau= émotion positive= communication ouverte

En résumé, une fois que ces chemins neuronaux sont en place, le cerveau réagit en fonction de l’environnement extérieur. En effet, des messagers biochimistes réagissent et envoient une information au corps (l’inconscient ne fait pas la différence entre le positif et le négatif).

De plus, le système reptilien activateur choisi ce qu’il va amener à notre conscience, “c’est lui le patron”. D’ailleurs, il décide de ce que l’on voit, entend, sent. En effet, il sélectionne ces informations par rapport à l’émotion et la répétition. C’est pourquoi, plus on répète des actions, plus on solidifie les chemins neuronaux. En ce sens, plus on agit avec émotion, plus on renforce ces chemins neuronaux là! Ces “autoroute neurones” réagissent de plus en plus vite. Je m’intéresse énormément au sujet de la santé. Dans cet article que je vous invite à découvrir, j’évoque notamment les ingrédients clés à entretenir pour une une bonne santé. Bien entendu, je ne suis pas médecin mais j’expose ce qui me fait du bien et a fait ses preuves sur les précédentes années.

“Juste le fait de se déplacer, d’aller chez le concessionnaire automobile et de tomber amoureux d’une voiture va nous amener à la voir constamment, partout. L’émotion a été tellement forte que votre système reptilien activateur l’amène à votre conscience”

Dès à présent:

Qu’aimeriez-vous apprendre de nouveau ?

Quelles compétences souhaitez-vous acquérir ?

Qu’aimerez-vous changer dans votre quotidien ?

Quelles sont vos croyances, programmes, associations qui vous limitent et vous handicapent ?


 

 

 

4. Besoins, valeurs, limites

Connaître ce qui nous anime profondément et poser les actions en accord avec cela nous permet d’entretenir un cerveau en pleine forme.
Crédit photo: Ian Schneider

 

Elle nous explique, lors du sommet de la réussite, comment faire de notre cerveau un allié pour accéder aux champs des possibles.

Selon elle, l’humain doit se reconnecter avec ses forces, compétences, amour de soi pour se libérer de ses blessures et blocages.

Créer une vision selon laquelle nous sommes en accord avec nos besoins et nos valeurs profondes nous permettent de définir nos limites. Par exemple, si la valeur famille est primordiale pour vous et que vous n’avez aucunement le cas d’être présents à la votre, cela peut créer des difficultés pour vous. De plus, certaines émotions se cristallisent et des évènements non souhaités peuvent se produire. J’évoquais le sujet de la colère dans cet article, c’est un complément intéressant pour comprendre comment certaines émotions nous bouleversent. . Annick nous raconte qu’elle était obstinée à réussir dans son activité et tout son temps en était consacré. Elle a eu des retours des membres de sa famille difficiles. Selon eux, elle n’a pas été présenté et préférait s’occuper de sa communauté. Elle a réajusté son organisation dès lors que cela s’est produit.

Quels sont mes valeurs profondes ?

Quels sont mes besoins?

Quelles sont mes limites ?

Ces notions sont-elles respectées dans mon quotidien: famille, travail, perso?

L’art de dire non est un processus de renaissance pour se respecter et se faire respecter, tout en douceur. Je remarque que nous sommes beaucoup de femmes à ne pas réussir à dire non, par peur ou par culpabilité. Je me demande pourquoi cela est si difficile pour les femmes et si instinctif chez les hommes.

Le succès est aligné lorsque l’on se reconnaît soi-même, pleinement.

 

“Vivre dans une action allégée, en harmonie peut-être douloureux mais nécessaire.” Annick Laparte

 

 

 

 


Conclusion: Entretenir nos pensées, sans relâche

Vous l’aurez compris au travers de cet article: nous avons le pouvons de reprogrammer notre cerveau afin de ne plus le subir mais le dompter. L’émotion et la répétition créent nos conditionnements internes, nos expériences passées, mêmes oubliées de notre conscience, sont imprimées dans tout notre système. Si nous souhaitons agir, il nous faut analyser, enquêter et découvrir ce qui nous bloque.

Voici quelques actions que nous pouvons dés à présent mettre en place dans notre vie, et qui changeront tout votre univers.

Méditer chaque jour afin d’observer nos pensées, calmer notre rythme cardiaque, nous concentrer sur l’instant présent et cultiver la sérénité

Ecouter des podcasts d’affirmations positives en boucle (en marchant, conduisant, travaillant) afin que de nouvelles croyances, connexions se mettent en place.

Noter TOUT ce qui nous pèse afin de travailler concrètement sur ces schémas (n’oublions pas qu’avec un professionnel, nous allons bien plus en profondeur et de manière bien plus rapide et efficace)

Je trouve que ce sujet est passionnant et donne beaucoup d’espoir. je suis certaine que nous souffrons tous de situations que nous subissons inconsciemment. Devenir plus conscients demande beaucoup d’investissement sur soi, d’écoute et de bienveillance.

Je serais ravie d’échanger avec vous si vous souhaitez me partager vos prises de conscience.


DITES MOI EN COMMENTAIRE:

Reprogrammer-vous consciemment votre cerveau ?

Quelles sont vos méthodes ?

Quelles sont les actions que vous mettez en place ?

MERCI !

Credit photo: Mohamed Nohassi

PARTAGER:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

2 Replies to “Le cerveau: 4 points essentiels à comprendre”

  1. Julien dit :

    Les neurosciences c’est du “pratique”, de l’action, de l’entraînement. Prendre conscience que nous AVONS TOUS cette capacité est un point fondamental de notre transformation.
    Je pourrai te citer ? 😉
    J’adore ce thème de la neuroplasticité, c’est tellement fort pour se donner le power d’avancer pour changer vers le mieux-être !
    Merci pour ton article.
    A bientôt.

    • Julia dit :

      Bonjour Julien,
      Tu peux me citer, avec grand plaisir.
      C’est réellement un thème qui me passionne aussi car cette discipline est concrète.
      Nous vivons tous des difficultés, blocages, incompréhesions. Et pourtant, si nous creusons, nous pouvons trouver des vrais trésors 🙂
      Merci pour ton commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BIENVENUE, JE SUIS JULIA

Bienvenue

DEVIENS LIBRE, ÉPANOUI(E) & HEUREUX

Il y'a quelques années, j'étais mal dans ma peau, très anxieuse et je subissais tous les signaux que mon corps m'envoyait.

Dans ce blog, j'ai à coeur de partager les outils bien-être qui m'ont profondément aidés à me comprendre, à libérer mes blocages et à créer une vie qui m'épanouit.

Vous découvrirez des outils axés sur le bien-être, l'alimentation, la psychologie, l'inconscient, et bien d'autres.

RETROUVE MOI ICI

Favoris